De l’électricité dans l’air ! Aly Ngouille Ndiaye, Archean Group, Africa Energy Holdings Limited et Africa Energy SA.

Dans une vidéo postée le 16 Février 2015 sur la toile, Monsieur Baba Aïdara, citoyen sénégalais établi aux Etats-Unis et correspondant d’un groupe de presse Group Futur Média révélait, après investigation au Sénégal, aux Etas-Unis et au Nigéria, l’existence d’un protocole d’accord et d’un contrat de gré à gré de construction à Mboro (Région de Thiès) d’une centrale à gaz et à charbon, d’un montant de 300 milliards de francs Cfa. Ce contrat a été attribué, informe t-il, à une société du nom d’Africa Energy SA, qui dans les faits est fictive.

Interrogé le 27 Février 2015 au cours de l’émission télévisée Sen Jotay, diffusée sur la chaîne Sen Tv, le ministre en charge de l’Energie et des Mines, monsieur Aly Ngouille Ndiaye, a nié l’existence d’un contrat entre l’Etat du Sénégal et la société Africa Energy SA. Et de préciser, pour notre gouverne, que le contrat qui existe, lie le Sénégal avec Archean Group. 

Si le protocole d’accord brandi par Monsieur le ministre indique que : « Archean group va créer une société à Object Spécifique (SOS) dénommée Africa Energy SA pour réaliser le projet d’énergie », la réalité est tout autre. Car Africa Energy SA est créée, non pas par Archéan Group mais plutôtpar Africa Energie Holdings Limited qui a son siège social au 7500A Beach Road 11-303 THE PLAZA Singapore 199591. Cette dernière détient 850 actions, soit 8 500 000 FCFA du capital de Africa Energie SA, sa filiale créée le 28 Février 2013.  

Malgré les explications et éclaircissements, sur la construction de centrale à charbon et à gaz de 250 MW à Mboro, monsieur Ndiaye n’a pas nié l’existence du gré à gré, révélé par monsieur Baba Aïdara.  Il l’a même confirmée en voulant préciser le nom du groupe, qui dit-il a signé avec l’Etat du Sénégal. « On n’a pas signé avec Africa Energy, mais avec Archean Group, la maison-mère ». 

L’existence du protocole d’accord signé le 2 novembre 2012par Monsieur Ranjit Pendurthi (né le 11 février 1974 à Vijayawafa (Inde) demeurant en Inde, n° 9 New 21 Giri Road –T. Nagar Chennai), n’a également pas été démentie par Monsieur le ministre chargé de l’Energie et des Mines, même si, les précisions qu’il apporte sont en contradiction, sur le cas précis de la société signataire, avec les propos de Monsieur Pape Dieng, Directeur général de Senelec. 

En effet, le 16 août 2013, lors de la signature du gré à gré, Monsieur Dieng a déclaré : « que le contrat d’entente directe, signé par [son] entreprise (Senelec) est basé sur le sur le protocole signé le 2 novembre 2012 entre Africa EnergySA et le ministre chargé de l’Energie et des Mines, Monsieur Aly Ngouille Ndiaye » (http://www.aps.sn/articles.php?id_article=117306 )

Qui faut-il croire ? Monsieur Aly Ngouille Ndiaye (qui dit n’avoir pas signé avec Africa Energy SA, mais avec Archean Group) ou Monsieur Pape Dieng, qui affirme que Monsieur Ndiaye a signé avec Africa Energy SA? Si Monsieur le ministre a signé avec Archean Group, Africa Energy SA n’est-elle donc pas fictive en se conformant aux propos de Monsieur Pape Dieng?

De plus, une disposition du protocole d’accord signé le 2 novembre 2012, mentionne au point n° 1 de « l’objectif », que : « Archean s’engage à développer et à réaliser le projet dans le cadre d’un contrat d’achat d’énergie à signer entre Africa Energy s.a et la Senelec garanti par le gouvernement du Sénégal ». 

Dans l’émission Sen Jotaay, Monsieur Aly Ngouille Ndiaye a omis de nous préciser cependant qu’un point (point n°2) du protocole d’accord « confidentiel » qu’il a signé le 2 novembre 2012, dispose que « le gouvernement du  Sénégal s’engage à faciliter à faciliter à Africa Energy SA, l’obtention d’un terrain près de Mboro pour la centrale, les équipements annexes et les cendres pour une superficie d’environ 700 hectares ». Une superficie de 7km2 semble énorme pour les deux unités de 125 MW composant la centrale électrique. 

Cet engagement, le gouvernement est en train de l’honorer. Dans le quotidien « Le Soleil »  des 14 et 15 février 2015, le Commissaire Enquêteur et le Receveur des Domaines de Thiès, ont signé un avis public pour informer « le public intéressé qu’une enquête de commodo et incommodo d’une durée de huit (08) jours sera ouverte à THIES au sujet du projet d’immatriculation au nom de l’Etat, de deux terrains du domaine national, respectivement d’une superficie de 122ha53ca84ca, et 07ha 86ca 17ca (78.617m2) situé dans la commune de Darou Khoudoss (Département de THIES) en vue de son attribution par voie de bail à la Société AFRICA ENERGY SA. Cet avis du Commissaire enquêteur et dureceveur des domaines de THIES est publié  conformément aux décisions n°00000107 et 00000108 /MEFP/DGID/DSR du 06/02/2015 du Directeur des Services régionaux. 

En plus, le ministre affirme que le document disparu du net est une pure invention. Une assertion facile à vérifier à partir de ce lien http://www.africaenergy-senegal.com/D qui contenait la « NOTICE INVITING TENDER n°AESA-ICB-001 » (Document effacé de la base de données). 

Pour le rétablissement les faits, le document que Monsieur le Ministre Aly Ngouille Ndiaye a lu pendant l’émission, en dehors du protocole d’accord du 02 Novembre 2012, estexactement : l’INTERCALAIRE COMPLEMENTAIRE AU FORMULAIRE Mo, établi le 27 Février 2013 devant notaire, et non pas le document complétement effacé de la base de données du lien cité en dessus. 

Enfin, Pourquoi le Gouvernement a voulu que le Protocole d’accord soit confidentiel ? En effet, sa dernière disposition indique que : «toutes les parties conviennent de ne pas communiquer ou divulguer l’existence ou le contenu de ce protocole d’entente dans son ensemble à des tiers, sauf accord préalable et écrit de l’autre partie ». N’est-ce pas l’argent du contribuable qui est discuté ici ? Les frais de compensation dont parle le gouvernement ne viendraient-ils pas du trésor public ? Ces types de contrats (contrat de concession) ne sont pas nouveaux au Sénégal. Exemple : l’autoroute Dakar-Diamniadio. 

 En tout état de cause, les noms des actionnaires inscrits sur le protocole ne sont-ils pas qu’apparents ? Qui se cache derrière Africa Energy Holdings Limited, Monsieur Pendurti Brahmanandam, Monsieur Pendurthi Randjit et Monsieur Pendurthi Ravi ? L’avenir nous édifiera. 

Birahime SECK

Membre du Conseil d’administration du Forum Civil

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.