DAHRA DJOLOF, UNE BELLE VILLE VENDUE AUX ENCHERES (par El hadji Sow)

Permettez-moi de rappeler cette histoire dans la commune de  Khombole se rattachant au département de Thiès. L’envol économique de cette commune s’appuyait sur son  célèbre marché à bétail. Jusqu’au jour où les autorités de la ville décidèrent de transférer dans la commune de Ngoudiane ce marché. Vous pouvez à présent faire la disparité économique entre ces deux villes pour ceux qui connaissent et vous verrez que Khombole est devenu une ville presque morte.

Voilà ce qui guette en toute sincérité notre chère ville Dahra Djolof, le seul poumon économique du Département du point de vue démographique et économique. L’interrogation est au bout des lèvres sur mes affirmations, c’est vrai. Vous êtes d’accord avec moi que notre commune présente trois entrées et sorties (l’axe Dahra-Matam, l’axe Dahra-Touba, l’axe Dahra-Louga). Ces trois entrées et sorties donnent l’ouverture  aux bétails qui nous viennent du Mali de la Mauritanie et même dans les autres communes du département pour accéder au marché hebdomadaire (Daral Dahra) et acheminer  de là vers Touba, Dakar, Saint Louis, La Gambie en passant par Kaolack. Vous avez constatez comme moi que ces trois voix sont complètement fermées par des espaces vendues à coup de millions par la municipalité actuelle. Dans cette même perspectives les propriétaires en profitent  pour construire des maisons, des magasins ou des espaces clôturées et destinées à de grands projets d’élevages ou d’agriculture au profit de tiers individus puissants qui tiennent  notre ville en otage.

Mes chers compatriotes, il s’en suivra certainement que nos autorités dans un avenir proche se mettront devant nous avec les poches pleines et constatent que leur boulimie foncière nous a conduit au bord du gouffre. Ainsi ils nous parlerons comme suit (chers concitoyens, Dahra n’a plus d’espace pour accueillir le marché hebdomadaire car le bétail n’a plus de voix d’entrée ni de sortie, il est impératif qu’on le délocalise vers la commune de  Thiaméne Pass ou ailleurs). Telles sont mes inquiétude et je reste convaincu que nous nous acheminons petit à petit  vers ce terrible rendez-vous qui enterrera définitivement cette ville économique du Djolof. Tout comme aussi je reste convaincu que cette politique est mise en place avec préméditation pour ralentir l’envol économique de Dahra qui n’est qu’une commune face à Linguère comme chef-lieu de Département. Car c’est la seule manière de bloquer notre commerce(les bouchers, les éleveurs, les propriétaires des restaurants, les conducteurs de calèches, les jeunes employés hebdomadaires, les conducteurs de moto-Djakarta, les femmes vendeuses de jus ou repas, nos parents qui se ravitaillent chaque dimanche à Dahra etc.)

Cela se confirme d’autant plus qu’on nous exhibe pour la première fois  avec la construction de la route Linguère-Dahra, Dahra-Touba une voix de contournement qui passe complétement hors de la ville de Dahra. Une vraie mascarade pour notre commerce. Une façon de faire bénéficier uniquement la commune de Linguère des avantages de la route  de Matam surtout avec le commerce florissants des restaurants et Auberges sans compter des taxes communales.

Enfin j’ose espérer que si vous vous dites citoyens de Dahra, ces observations méritent sérieusement une action que nous devons mener ensemble pour dire non à ce déguisement déjà démasqué.

El hadji Sow

3 Commentaires

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.