El Hadji Daouda Dia (un des Moukhadam de El Hadji Malick Sy) est une figure de la Tidjania, qui a su propager la confrérie dans le Djolof. Un homme religieux attaché aux valeurs islamiques. De son vivant, le saint homme avait aménagé dans la grande maison familiale un daara qui recevait une centaine d’enfants pour apprendre le Saint coran. Plus d’un demi-siècle après sa disparition, son petit fils, le maitre coranique Mame Serigne Dia, marche sur ses pas. Titulaire d’une licence arabe en 1998 à l’université Al azhar, le guide religieux est à l’initiative d’un daara moderne non public. Le seul d’ailleurs qui existe dans tout le département de Linguère. Ce complexe est construit à Mbeuleukhe dans le cadre du Projet d’appui à la modernisation des daara (Pamod), initié par le gouvernement du Sénégal et appuyé par la Banque islamique de développement.

D’un coût d’investissement de près de 80 millions de FCfa, cet établissement est érigé en pleine brousse, à près de 5km de Mbeuleukhe. Il comprend un cycle élémentaire, conformément au programme officiel en vigueur. La principale motivation est de contribuer à l’éducation et à l’enseignement du Saint coran, de l’arabe, du français doublé d’une formation technique professionnelle. Le daara comprend une mosquée, cinq salles de classe un bloc administratif (bureaux, salle de lecture, bibliothèque, une infirmerie et une salle informatique)
Le nouveau daara moderne dénommé Centre islamique El Hadji Daouda Diaw est l’accomplissement du rêve d’un homme pondéré et consacré à la science coranique depuis plusieurs décennies. Mame Serigne Dia le perçoit ainsi comme une manière de participer à l’éducation dans la vie de l’individu, surtout l’éducation religieuse. Selon lui, il faut certes s’enraciner dans les valeurs fondamentales de l’islam, mais aussi tout restant ouvert aux réalités du monde moderne.
Sur les 10 hectares du centre islamique El Hadji Daouda Dia, seul les cinq sont utilisés pour la construction du daara moderne, le périmètre restant est consacré aux activités agricoles. Le promoteur compte ainsi aligner enseignement coranique et activités génératrices de revenus. A l’avenir, Mame Serigne Dia compte élargir ses activités en transformant l’endroit en une zone agropastorale qui sera doté d’un poulailler, d’un mini-forage pour y développer des activités de maraîchage
Demba DIENG (Le Soleil)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

SYMPATHIE ET SOLIDARITÉ AU PRÉSIDENT HABRÉ (par Brahim OGALEMI)

L’ex-Président tchadien Hissein Habré, depuis quelques temps, traverse une période s…