Mody Guiro (Cnts), Mademba Sock (Unsas) et Mamadou Diouf (Csa) raflent la mise

L’élection de représentation des centrales syndicales s’est tenue ce mercredi. Beaucoup de couacs et manquements ont été notés sur toute l’étendue du territoire nationale. Les premières tendances sont favorables à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts) de Mody Guiro, à l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas) dirigée par Mademba Sock et à la Confédération des syndicats autonomes (Csa) de Mamadou Diouf.

« Les premières élections de représentativité des centrales syndicales n’ont pas été des modèles en matière de bonne organisation. Bulletins introuvables, listes incomplètes, difficultés d’orientations chez les électeurs et absences de matériel électoral dans beaucoup de bureaux… autant de dysfonctionnements qui ont émaillé le scrutin dans les différents centres répartis dans les départements de Dakar et sa banlieue et qui a suscité un concert de réprobations de la part de certains responsables syndicaux. Ce qui augure des lendemains de contestation de la première consultation syndicale du genre dans l’histoire du Sénégal », écrit « Sud Quotidien ».

« Walfadjri » pense que c’est « le scrutin de tous les manquements ». En effet, selon « Walfadjri », il y a eu des « omissions d’électeurs sur les listes », une « absence d’encre indélébile » et « les préfectures (sont) mises à l’index ».

« Le Populaire » note qu’il y a eu un « taux de participation faible pour un scrutin chaotique ».

« Le Populaire » indique que « la Cnts (est) en pôle position. L’Unsas et la Csa (sont) au coude-à-coude ».

« Walfadjri » relève que « le vote enseignant profite à la Cnts et à l’Unsas ».

« L’As » confirme et écrit que les « première tendances des élections de représentativité syndicale » mettent « l’Unsas et la Cnts en tête ».

« L’Observateur » table sur « le trio Cnts, Unsas et Csa (qui) se détache ».

« Le Quotidien » écrit que « Guiro à la Confiance Nationale des Travailleurs du Sénégal », que « Mademba Sock (est) entraîné par le courant » et que « les omissions remportent la majorité ».

En effet, selon « Walf Grand-Place », « Mody Guiro et Mademba Sock (sont) en tête » et « Cheikh Diop (est) le grand perdant ».

« Le Populaire » annonce que «  le Khalife général des mourides chasse les partis politiques de Touba ». « Il ne veut plus de politique dans le périmètre de la ville sainte. Les sièges des partis politiques (sont) fermés (et) le Dahira Sahinatoul Amane (est) chargé de réprimer les fautifs et de poursuivre les récalcitrants », écrit « Le Populaire ».

Dans « L’Observateur », Serigne Bass Abdoul Khadre (le porte-parole du khalife des mourides), dit « la vérité sur les 50 millions offerts par Me Wade ».

« Wade n’a jamais été sollicité », précise Serigne Bass Abdou Khadre dans les colonnes de « Walf Grand-Place ».

« Le Quotidien » parle de la visite du ministre de l’Intérieur à la Direction de l’automatisation du fichier et les lauriers qu’il a tressé à cette direction pour dire que « Ousmane Ngom vend un emballage suspect ».

Dans « L’Observateur », Ousmane Ngom explique « Pourquoi nous (Le Sénégal) avons refusé les trois milliards des Américains ».

« Le Populaire » pense savoir que c’est parce qu’il a « peur d’être contrôlé (que) Me Ngom crache sur les 3 milliards des Usa ».

 

Mouhamed Diaw

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.