Candidature en 2012 : Wade entre plusieurs feux

Alors que la quasi-totalité des constitutionnalistes de son pays sont unanimes à déclarer sa candidature inconstitutionnelle, le président sénégalais ne cède pas, nonobstant les pressions internes et externes.

La boîte aux lettres du président sénégalais ne désemplie pas ces derniers temps. Après Jimmy Carter, ancien président des Etats-Unis, Johnny Carson, sous secrétaire d’Etat Américain aux affaires africaines, des sénateurs américains, voilà que la Grande Bretagne entre dans la danse avec une lettre signée du ’Angleterre sa mêle avec une lettre du député David Steel. Ces missives ont la particularité d’avoir un objet presque identique : inviter Abdoulaye Wade à préserver la démocratie sénégalaise en renonçant à présenter sa candidature à la présidentielle de 2012.

Conscient que sa candidature constitue un danger potentiel pour le Sénégal, les Sénateurs américains Donald Payne, Christopher A. Coons, Johnny Isakson et Chris Smith l’ont invité à faire en sorte que la vitrine démocratique qu’est le Sénégal ne craquèle.

Lire la suite >>

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.