Le forum « Quel avenir pour le département de Linguère ,40 ans après son appartenance à la région administrative de Louga? » a répondu aux attentes des membres du Comité Local. Présidé par M. Aly Ngouille Ndiaye , ministre de l’Industrie et des Mines, le forum s’est tenu au centre Alé Badara Sy de Linguère ce premier avril. D’importantes problématiques furent abordées par les populations. Comme en pareilles circonstances les éminents universitaires ont cerné les contours de leur sujet dans un langage simple, limpide suivi par un auditoire attentif dont les réactions ont contribué à enrichir et à approfondir les communications introductives.

Globalement le plaidoyer pour l »aménagement, de manière participative et inclusive, du Jolof comme pole territoire est soutenu par tous les intervenants; les immenses potentialités naturelles de ce terroir : calcaire, latérite, des indices indices pétrole et des phosphates, de charbon, un espace à la croisée des grands axes, à égale distance entre Matam et Dakar, charnière  entre les pôles économiques du Fouta et du Baol Dans son allocution de clôture M. Aly Ngouille Ndiaye, le ministre de l’Industrie et des Mines confirme les informations du géologue relatives au potentiel minier en ce qui concerne notamment le pétrole et le phosphate tout en précisant que  la profondeur et la qualité moyenne du phosphate.. A en croire le géologue P.G. Lo   la plus grande réserve d’eau douce du Sénégal se trouve sous le Ferlo et de surcroît le calcaire de Yang-Yang peut approvisionner toutes les cimenteries du pays pendant 103 ans. Répondant à une interpellation de Demba Arame Ndiaye qui souligne  que pour être compétitive et viable une ville devrait garantir ses fonctions de production et de recherche Papa Goumba défend: » Yang-Yang pourrait être une ville minière dans le cade d’une stratégie partagée dans l’esprit de la décentralisation et de la responsabilité citoyenne; dans ce sens le Jolof » société achevée avant la colonisation » selon l’historien archiviste Mbaye Thiam,  devra s’appuyer sur une coalition d’encadreurs du développement dans un cadre politique cohérent, pertinent doté d’un projet éducatif ; le Jolof devra disposer de  son curriculum en cohérence avec les orientations stratégiques nationales, capable de répondre aux besoins spécifiques de savoir, de socialisation, de transformation de ces immenses ressources naturelles par ses populations ouvertes au reste du pays et au partenariat international car en définitive se posera l’épineuse et complexe équation du financement. Les potentiels investisseurs locaux ou nationaux pourraient initier des partenariats féconds et mutuellement avantageux dans la transparence, la responsabilité.

Le forum recommande d’explorer les pistes qui permettront de doter cette partie d’un institut ou d’une faculté tournée vers les sciences et la gestion des ressources pastorales et agro-forestières; le Centre de recherche Zootechniques pouvant transmuer en faculté rattachée à l’UCAD.

Le panel fut animé par un quatuor d’universitaires : Mbaye Thiam, Papa Goumba Lo, Mouhamadou Fallou Mbow respectivement sur «  Bouna Alboury Ndiaye, un visionnaire et un fédérateur, quel pôle territoire pour Linguère ? Et Quelle école pour un développement durable de Linguère ? » r Pr. Samba Ka le modérateur et ses collègues sont tous du Jolof.

Papa Masseck Seck

Commission  Communication Louga 40 de Linguère

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Maouloud 2019 : Le Mouqadam El Hadji Daouda DIA parrain de l’édition de cette année

Le COSKAS, organisateur du gamou de Tivaouane a fait le déplacement à Mbeuleukhé ce weeken…