Entre le marteau d’un lobby d’affairistes et l’enclume des tares de notre administration, j’ai vu hier une certaine presse malsaine l’accusait à nouveau de problèmes de mœurs. Ce qui est gravissime de la part d’une des plus nobles corporations à laquelle il se réclame tout haut à tout temps. Où est le professionnalisme dans tout ça.

Il est vrai qu’avec des mallettes d’argent, on ouvre les portes les plus hermétiques de la planète et encore mieux celles plus sofas au Sénégal.

Etre milliardaire ne devrait pas extirper des entrailles dame la justice si notre culpabilité est avérée. Si tel arrivait un jour à être le cas, nous aurions failli à notre seule et unique mission de préserver ce pays qui nous été légué par nos ancêtres pour que nous continuons à le bâtir.

Aucun manteau, fusse-t-il religieux que politique, ne devrait nous protèger des rafales de vents d’une justice équitable et juste.

Les citoyens, que nous sommes, s’en plaignent tous les jours d’une affaire à une autre. Ceux qui devraient montrer le chemin de la Droiture sont en vérité les purs adeptes des contournements, des magouilles et des contre-valeurs.

Où va ce pays –  quand nos remparts érigent dans le négativisme d’action le plus aberrant des sociétés les plus perverses des temps sombres de l’histoire de l’humanité. 

Nous devons revenir au principe tant dans la gestion quotidienne de nos affaires courantes que dans notre quête quotidienne d’élévation spirituelle.

Nous n’allons pas nous attarder sur les croc-a-jambes effectués par mise en cause principal dans cette affaire qui pue de l’invasion fiscale aux arômes de détournement assorti de financement supposé de terrorisme.

C’est avec consternation et amertume jusqu’à la gorge que nous avons appris par la presse que le Monsieur en question, en l’occurrence Hassan Farés, serait reçu par le Saint homme de la ville Sainte de Touba. Dans quel but ?

Nous donnons notre langue pendue au chat.

Ce qui est vrai et constant, c’est la première fois que nous assistons à une visite auprès d’une des familles religieuses de notre pays en fanfare, tambours et caméras.

Qu’est-ce qui est religieux et solennel dans tout ça ? Ou bien s’agit-il d’un jeu de trafic d’influence auprès de l’opinion de notre administration.

L’Etat devrait être fort et regardant pour ne pas tomber dans la ruse cette oligarchie au col blanc.

Il est de principe que lorsque nos amis sont dans des difficultés, nous avons le devoir moral de les soutenir en toutes circonstances.

Au-delà de l’Etat et de ses démembrements que nous appelons à être fort plus que jamais pour ne pas se laisser fragiliser par des affairistes ; nous citoyens et disciples devrions protèger nos guides religieux de ce cancer de l’ « influence » minutieusement orchestré sur leur dos et sur notre foi de tous les jours.

C’est une question de souveraineté à tout point de vue !

Oui soutenir ! Mais dans l’absolue vérité. Ce qui veut dire sans partie prise.

Aucune subjectivité !

Cheikh Yérim SECK a dénoncé un système que nous avons tous constaté depuis des générations sans bouger le petit doigt. Si ceux qui sont sensés nous protéger et protéger nos intérêts ne le font comme cela se doit, ceux qui sont sensés nous alerter le feront de la bonne manière.

A notre niveau, ce n’est pas la convocation du journaliste qui pose problème, mais plutôt la manière dont on veut protéger un homme d’affaires spoliant nos ressources tout en sacrifiant un honnête citoyen.

Il ne faut pas juger et condamner Cheikh Yérim SECK, c’est parce-qu’il a eu des problèmes de mœurs, que tout ce qu’il dit ne mériterait pas qu’on y prête attention.

Cette affaire dans laquelle de hauts fonctionnaires de notre administration et un ministre de la République seraient liés mérite l’attention de tous pour que la lumière jaillisse enfin pour le bonheur de notre économie nationale souveraine.

Certes nous nous compassion pour Cheikh Yérim SECK, mais au-delà nous exigeons un par devoir citoyen toute la vérité et rien que la vérité.

Que Dieu bénisse le Sénégal !

Amadou THIAM

Juriste spécialisé en Contentieux des Affaires

amadouhamadythiam@hotmail.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Tabaski: Flambée du prix des moutons à Dahra-Djolof : Un «mbotté» à 100.000 CFA

Les populations de Dahra risquent de fêter la Tabaski sans mouton à leur convenance. Des a…