Cartes d’identitĂ© biomĂ©triques : La situation s’est aggravĂ©e

L’Ă©quation de la production des cartes d’identitĂ© biomĂ©triques n’est pas encore rĂ©solue. Citant des sources logĂ©es Ă  la Direction de l’automatisation du fichier (Daf), EnquĂŞte rĂ©vèle que les « choses vont de mal en pis ».

Le journal prĂ©cise que depuis le 16 aoĂ»t, « aucune carte n’a Ă©tĂ© produite », alors que les enrĂ´lements au niveau des commissariats ont dĂ©butĂ©. « Il s’y ajoute, rĂ©vèlent les mĂŞmes sources, que les anciennes demandes, celles insatisfaites (durant) les lĂ©gislatives, n’ont pas Ă©tĂ© produites non plus. La plupart des dossiers ont tout bonnement Ă©tĂ© perdus. »

Le plus grave, signalent les informateurs du journal, « au lieu de dire la vĂ©ritĂ© aux intĂ©ressĂ©s et leur demander d’aller se faire enrĂ´ler de nouveau, on leur dit que leurs pièces sont en instance, ce qui est faux ».

Interpellé sur la question, le directeur de la Daf, le commissaire Ibrahima Diallo, a donné rendez-vous à Enquête pour ce matin.

Le journal signale, citant toujours ses sources, que le problème rĂ©side dans le principe de la double saisie des documents, et au niveau des commissariats et au niveau de la Daf. « À la moindre discordance, les donnĂ©es sont rejetĂ©es et il faut rĂ©initialiser le processus », dĂ©taille un des interlocuteurs d’EnquĂŞte.

Ce dernier ajoute, en outre, que les Malaisiens, qui ont gagné le marché, ont sous-traité avec une structure du nom de Synapsis, qui continue de mener ses activités alors que celles-ci devaient cesser juste après législatives.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.