Le Burundi, premier pays Ă  quitter la CPI

Le Burundi est devenu le premier pays à se retirer de la Cour pénale internationale, a indiqué vendredi un porte-parole de la cour dont le siège est à La Haye. Le pays avait lancé la procédure de retrait de la CPI le 27 octobre dernier, estimant que la CPI était un « moyen politique » utilisé par la communauté internationale pour « opprimer les pays africains ».

Gambie et Afrique du Sud D’autres pays africains – la Gambie et l’Afrique du Sud – avaient Ă©galement annoncĂ© leur retrait en 2016 avant de revenir sur leur dĂ©cision, faisant du Burundi le premier et seul pays Ă  quitter officiellement cette juridiction pĂ©nale universelle permanente chargĂ©e de juger les personnes accusĂ©es de gĂ©nocide, de crime contre l’humanitĂ©, de crime d’agression et de crime de guerre et qui compte dĂ©sormais 123 pays.

Loi promulguée

Le président burundais Pierre Nkurunziza avait promulgué la semaine dernière la loi portant sur le retrait du pays du Statut de Rome, adopté le 17 juillet 1998. En avril 2016, la procureure de la CPI, la Gambienne Fatou Bensouda, avait entamé un examen préliminaire sur la situation prévalant au Burundi depuis avril 2015. Le 27 octobre 2016, le gouvernement burundais a réagi en annonçant le déclenchement du processus de retrait du Statut de Rome.

Deux ans de crise

La CPI poursuivra cependant son enquĂŞte prĂ©liminaire sur de possibles crimes au Burundi. Ce petit pays d’Afrique centrale est plongĂ© depuis plus de deux ans dans une grave crise. Les violences qui ont fait 500 Ă  2.000 morts, selon les sources (ONU et ONG) et ont poussĂ© Ă  l’exil plus de 425.000 Burundais.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.