Aly Ngouille Ndiaye : «Impossible de développer son économie en se basant sur des étrangers»

La SĂ©dima sollicite l’accompagnement de l’État sĂ©nĂ©galais pour s’internationaliser. L’entreprise qui a rĂ©alisĂ© un chiffre d’affaires de 32 milliards en 2015 se dote de nouveaux investissements Ă  cet effet.

Le groupe SĂ©dima, fournisseur des services d’agro-business, d’aviculture et d’immobilier, ambitionne de devenir une multinationale africaine. « Nous travaillons beaucoup sur cette transformation de structure qui nous permet de nous positionner dans diffĂ©rents pays », a fait savoir son prĂ©sident Ă  l’issue d’une visite du ministre de l’Industrie et des mines sur les derniers investissements de la SĂ©dima. Cette visite entre dans le cadre du Conseil des ministres dĂ©centralisĂ© dĂ©diĂ© Ă  la rĂ©gion de Dakar.

Babacar Ngom renseigne que la SĂ©dima est dĂ©jĂ  implantĂ©e au Mali et a fait plusieurs prospections dans certains pays africains comme le Congo Brazzaville. Le groupe est Ă©galement trĂšs attendu en GuinĂ©e Équatoriale. « Cette volontĂ© de nous internationaliser est rĂ©elle et nous sommes en train de procĂ©der Ă  la transformation structurelle pour accompagner cette internationalisation », a indiquĂ© M. Ngom qui a demandĂ© Ă  cet effet au ministre Aly Ngouille Ndiaye l’accompagnement des pouvoirs publics dans ces pays favorables Ă  son projet. « Nous sommes persuadĂ©s qu’avec l’accompagnement de nos pouvoirs publics, cette internationalisation va s’accĂ©lĂ©rer et s’intensifier », est-il convaincu.
Le groupe SĂ©dima a crĂ©Ă© entre 300 et 400 emplois directs avec un chiffre d’affaires en 2015 de 32 milliards de francs CFA pour 40 milliards d’investissements depuis 2012. Et selon son prĂ©sident, la couveuse de la SĂ©dima n’a jamais Ă©tĂ© infectĂ©e contrairement Ă  la rumeur qui courrait. Le prĂ©sident du groupe SĂ©dima a ainsi reçu les encouragements du ministre de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye, qui a promis le soutien de l’État Ă  la SĂ©dima Ă  l’issue de la visite guidĂ©e. « Pour notre propre consommation, la SĂ©dima et les autres SĂ©nĂ©galais de ce secteur sont parvenus Ă  rendre le SĂ©nĂ©gal autosuffisant avec la viande de poulet qui est de qualitĂ© », s’est fĂ©licitĂ© le ministre. À l’en croire, il est temps de pousser la SĂ©dima Ă  investir le marchĂ© de la sous-rĂ©gion et mĂȘme celui des pays du Golfe. « Aujourd’hui, l’Arabie Saoudite, en cette pĂ©riode de Hadj, l’essentiel de ses pĂšlerins mangent du poulet importĂ© des pays qui ne sont pas forcĂ©ment musulmans. Donc, je pense que c’est une nouvelle opportunitĂ© », indique-t-il.

La premiĂšre Ă©tape de la visite guidĂ©e d’hier a Ă©tĂ© l’abattoir en cours de rĂ©alisation Ă  Ndiar d’un investissement de 11 milliards de francs CFA. La meunerie de la SĂ©dima, d’une capacitĂ© de 250 tonnes d’écrasĂ©s de blĂ© par jour, qui a contribuĂ©, selon M. Ngom, Ă  amĂ©liorer la qualitĂ© des produits, mais aussi Ă  Ă©quilibrer le marchĂ© de la farine au SĂ©nĂ©gal, a constituĂ© la deuxiĂšme Ă©tape de la visite ministĂ©rielle.
L’usine d’aliments d’une capacitĂ© de 300 mille tonnes par annĂ©es et d’un investissement de 7 milliards a bouclĂ© cette tournĂ©e du ministre de l’Industrie et des Mines.

Auteur: piccmi.com – Piccmi.com

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.