Algérie : une nouvelle traque inhumaine des subsahariens

L’AlgĂ©rie, grande donneuse de leçons en matière de Droits de l’Homme, devrait lire l’histoire et se rappeler qu’elle est aussi un pays d’immigration.

Les responsables algĂ©riens viennent, une nouvelle fois, de procĂ©der Ă  l’arrestation de quelque 1400 ressortissants subsahariens dans la capitale.

Ces frères Ă  la peau noire ont Ă©tĂ© transportĂ©s jusqu’Ă  Tamarasset, extrĂŞme Sud algĂ©rien, puis parquĂ©s dans des conditions inhumaines dans des camps de fortune, dans l’intention criminelle de les dĂ©porter vers les pays limitrophes.

Inutile de parler des mauvais traitements qu’on leur a fait subir, Ă  l’image de ceux que subissent leurs frères qui Ă©voluent cachĂ©s en AlgĂ©rie, en souhaitant de ne pas tomber entre les mains des services de police et de sĂ©curitĂ©, conscient du sort qu’on leur rĂ©servera.

Cette nouvelle chasse aux subsahariens, entamĂ©e le 1er dĂ©cembre 2016, a suscitĂ© l’indignation Ă  travers le monde, qu’il s’agisse des organisations des Droits de l’Homme, des mĂ©dias internationaux ou toute personne sensible au sort qu’endurent les immigrants clandestins, particulièrement subsahariens, oĂą qu’ils soient.

L’excuse est encore plus grave que la faute ! en effet, face Ă  ce tollĂ© international, les responsables algĂ©riens n’ont rien trouvĂ© de mieux que de mandater l’avocat en titre de l’Etat algĂ©rien et PrĂ©sident de la Ligue algĂ©rienne des Droits de l’Homme pour justifier cette opĂ©ration ignoble qui porte atteinte aux Droits de l’Homme.

Monsieur Farouk Ksentini a ainsi dĂ©clarĂ© dans une interview au quotidien Essawt El Akher, et je le cite : « la prĂ©sence des migrants et des rĂ©fugiĂ©s africains dans plusieurs localitĂ©s du pays peut causer des problèmes aux algĂ©riens, notamment la propagation du SIDA et d’autres maladies sexuellement transmissibles. Ces maladies sont rĂ©pandues par ces communautĂ©s africaines prĂ©sentes en AlgĂ©rie, d’oĂą la dĂ©cision des autoritĂ©s algĂ©riennes de les expulser afin d’Ă©viter une catastrophe ».

Autre raison de cette chasse aux subsahariens, commanditĂ©e par les responsables algĂ©riens, celle fournie, le 07 dĂ©cembre 2016, par la PrĂ©sidente du Croissant Rouge AlgĂ©rien, Saida Benhabylès, qui dĂ©clare dans un entretien au quotidien officiel « El Moujahid » que, et je la cite :  » vu la promiscuitĂ© qu’il y a dans la capitale et qui pose des problèmes d’ordre sĂ©curitaire, les pouvoirs publics ont dĂ©cidĂ© de « transfĂ©rer les migrants dans le Sud oĂą les conditions d’accueil sont meilleures ».

Nous assistons aujourd’hui en AlgĂ©rie Ă  un scĂ©nario morbide qui rappelle l’horreur de certaines pĂ©riodes sombres de l’Histoire, mais oĂą cette fois, nos frères subsahariens sont la cible ; une pĂ©riode oĂą l’AlgĂ©rie est passĂ©e maĂ®tre dans la traque inhumaine de ressortissants africains.

Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.