Affaire de la polisarienne Khadijetou El Mokhtar, usurpatrice de la fonction de diplomate, bloquée de nombreux jours au Pérou

La réponse du Ministère péruvien des Affaires Etrangères est tombé comme un couperet, le 27 septembre 2017, mettant un terme définitif à la fanfaronnade de la pseudo-ambassadrice de la fantomatique RASD à Lima (Pérou), Khadijetou El Mokhtar.
Dans ce communiquĂ©, il est clairement stipulĂ© que le Ministère pĂ©ruvien des Affaires Etrangères n’a aucunement l’intention de rĂ©tablir des relations avec la pseudo-RASD, rompues depuis 1996, et exige le dĂ©part immĂ©diat de sa prĂ©tendue reprĂ©sentante, bloquĂ©e depuis le 09 septembre 2017 Ă  l’aĂ©roport Jorge Chavez Ă  Lima, en raison du refus logique des autoritĂ©s pĂ©ruviennes de lui ouvrir l’accès Ă  leur territoire.
Toujours dans ce communiquĂ©, on relève que le MAE pĂ©ruvien accuse nettement Khadijetou El Mokhtar d’avoir usurpĂ© la fonction de diplomate et exige, en consĂ©quence, son dĂ©part immĂ©diat vers l’Espagne, dont elle dĂ©tient la nationalitĂ©.
Ce communiqué officiel du Ministère des Affaires Etrangères, dirigé par Monsieur Ricardo Luno Mendoza, assène le coup de grâce à la pseudo-RASD et à sa fausse diplomate et précède le verdict prononcé, le 27 septembre 2017, par la justice péruvienne qui a décidé de son expulsion ; chose faite le même jour et par la même compagnie par laquelle elle est arrivée.
Il est Ă  rappeler que Khadijetou El Mokhtar, arrĂŞtĂ©e le 09 septembre 2017, misait sur une probable solidaritĂ© de l’opinion publique pĂ©ruvienne pour entrer au PĂ©rou.
Mal lui en pris ! La pseudo diplomate sahraouie s’est totalement trompĂ©e de pronostic en misant sur un retournement de l’opinion publique pĂ©ruvienne contre les autoritĂ©s de son pays qui, 19 jours après son interpellation Ă  l’aĂ©roport international Jorge Chavez Ă  Lima, ont maintenu la dĂ©cision de son expulsion.
Aujourd’hui, un simple coup d’oeil sur les tweets des PĂ©ruviens permet de se rendre compte que ces derniers s’en sont pris plutĂ´t Ă  leurs autoritĂ©s de tutelle, exigeant qu’elles procèdent Ă  l’expulsion immĂ©diate de la fausse diplomate, accusĂ©e de porter atteinte Ă  la souverainetĂ© de leur pays en refusant d’obtempĂ©rer Ă  la dĂ©cision de son renvoi vers l’Espagne.
Par son attitude absurde, la fausse diplomate El Mokhtar illustre parfaitement le cafouillage de ses maĂ®tres Ă  Tindouf et Alger et prouve, si besoin est, qu’ils sont visiblement dĂ©semparĂ©s de voir le mythe de la pseudo-RASD se dissiper jour après jour, y compris dans la citadelle latino-amĂ©ricaine qu’ils considĂ©raient comme acquise Ă  la prĂ©tendue cause sahraouie.
Autant dire que les manĹ“uvres dĂ©sespĂ©rĂ©es des sĂ©paratistes et de leurs commanditaires d’Alger ne dupent plus personne et ne sauraient, dĂ©sormais, passer outre les lois internationales.
Il n’en fallait pas moins pour affirmer, une nouvelle fois, que les thĂ©ories du polisario et de ses commanditaires d’Alger ne sont plus vendables. La preuve, si tant est-il qu’il faille encore en apporter, en est donnĂ©e par les multiples revers diplomatiques que collectionnent les algĂ©ro-sĂ©paratistes chaque fois qu’ils montent au crĂ©neau pour porter prĂ©judice Ă  l’intĂ©gritĂ© territoriale du Maroc.
Un sĂ©rieux camouflet que viennent de recevoir les responsables algĂ©riens et leurs affidĂ©s du polisario de la part d’un pays latino-amĂ©ricain, suite aux vaines gesticulations de Khadijetou El Mokhtar Ă  l’aĂ©roport de Lima.
Farid Mnebhi.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.