On assiste sans doute à une dénaturation du débat qui était parti d’une revendication de droits, d’égalité de races et de traitement en toute circonstance.

Les choses semblent être altérées pour virer avec acidité à la revendication de déracinement de statues, symboles de traite négrière, de la colonisation et de la dénomination de la race blanche sur celle noire longtemps opprimée.

Au débat de contestation, à la suite de la mort de Georges Floyd aux Etats Unis d’Amérique, période pendant laquelle toute une énergie black s’était levée tel un seul homme dans un seul slogan : « plus jamais ça ». Aucun homme dans cette planète ne devait subir des sévices et traitements dégradant, tout simple parce que sa race est considérée comme inferieure par son bourreau.

Le principe reste inaliénable à tout égard, en tout lieu et en tout moment. Pour diverses raisons liées à l’avancement des mentalités, de la science et de la technologie dans un contexte de globalisation du monde et des cultures, nous pouvons plus concevoir une inégalité des peuples et des races pour quelconque raison que l’on serait tenté d’évoquer.

La frustration et les contestations fussent de partout et firent renaître de leurs cendres toutes les abîmes vécues par les noirs des siècles durant, un peu partout.

Un énorme regain de la contestation s’est fait sentir à travers toutes les grandes villes des pays du monde.

Les hautes voix de l’intelligentsia noire furent leur retour sur le devant de la scène pour mener les masses par une issue éclairée vers une promesse de monde meilleur.

La passion s’empare de l’objet même de la lutte qui est juste et noble à tout point de vue. Ce fut un fort élan de solidarité auquel se sont joints tous les leaders d’opinions, même qui ne sont pas de la race des noirs.

Malheureusement au finish, la passion et la nostalgie ont pris le dessus sur la quintessence et le vrai sens du combat actuel.

La déviation au sens originel de la lutte lui donne une autre nature, qui à notre avis n’augure rien de prometteur pour la race noire et sa cause.

L’évolution de l’orientation du combat des noirs contre l’oppression des blancs, en exemple d’une certaine police de certains Etats, montre à suffisance une dénaturation pure et simple de ce qui devait être fait pour laisser place à de funestes revendications dénudées de toute clairvoyance dans le contexte actuelle.

Ce qui était parti à son début pour poser de réelles questions de droits de l’Homme, se contente à revendiquer le déboulonnement de statues érigées depuis des siècles pour des raisons diverses et variées en fonction des uns et des autres et de leur lieu d’implantation.

Force est de te constater que dans la plupart des cas, les statues passaient inaperçues pour bon nombre de public et même les voisins les plus immédiats. Ce constat est unanimement partagé !

En toute vérité les statues qui sont visées aujourd’hui dans cette « diabolique » campagne ne nous guère intéresser ni par le passé encore moins par le présent.

Il y a lieu à se poser la question suivante, en quoi le déracinement de la statue de Faidherbe peut-elle rendre justice pour la mort de Georges Floyd et de tant d’autres noirs depuis la nuit des temps ?

Statue pour statue, nous nous glorifions tous les jours des effigies de nos guides religieux, de leurs statues à travers les pays de l’occident et du reste du monde. Nous en avons érigées, des statues à revendre aux autres. Tellement, il en existe que ça devient une banalité pure et simple ne reflétant aucun message pour tout passant.

On déplacement sciemment ou par inadvertance le débat en le dénudant de sa substance originelle.

Cette déviation du cap initial ne rend pas service à la cause défendue encore moins les noirs en quête perpétuelle de droits et de bien-être. Et pour preuve, c’est aux Etats Unis d’où est partie la première vague de protestation qu’il y a lieu un autre meurtre similaire.

Il ne s’agit nullement de notre part de vouloir jeter le discrédit sur tout ce qui a été fait jusque-là, mais plutôt d’attirer l’attention des uns et des autres à ne pas d’objectif.

L’amer constat est qu’il n’y a pas encore de solution parce que les réels problèmes ne sont pas encore posés au lieu qui sied. Nous les noirs semblons avoir le plaisir d’être distraits pendant nos bourreaux déroulement minutieusement leurs plans machiavéliques d’hyper-domination sur nos peuples.

Que le réveil de consciences vienne à son heure !

Amadou THIAM

Juriste spécialisé en Contentieux des Affaires

amadouhamadythiam@hotmail.fr

Un commentaire

  1. Bonjour Mr THIAM,le combat que mène toute la communauté noire du monde suite au meurtre de G FLOYD,n’est que la continuité de la lutte qu’ont menée nos ainés et la même que mène aujourd’hui la génération actuelle. En quoi est-il différent de rebabtiser les rues et avenues qui portaient des noms d’Européens colons et la revendication de faire tomber certains symboles coloniaux qui continuent de trôner dans certains de nos espaces comme une injure perpétuelle à l’endroit de notre peuple libre si tant est que c’est le cas.Pourquoi est-ce que devouns nous encore souffrir de l’érection de ces statuts dont les seules raisons de leur existence fussent que vanité entre autres de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Check Also

Louga/Forces Armées Nationales: Le camp militaire de Louga baptisé Général Coumba Diouf NIANG alias NIANG Coumba

Le camp militaire en construction dans le site intercommunal Louga/Nguidilé vient d’être p…