400 tonnes de miel produites annuellement au Sénégal (expert)

Au Sénégal, la production annuelle de miel est estimée à 400 tonnes contre une demande nationale de 1 000 tonnes. Ce qui, selon le Colonel Cheikh Daouda Diallo, coordonnateur national du Programme d’appui au développement économique de la Casamance (Padec), indique que la demande est supérieure à l’offre. Dans un entretien qu’il a accordé à Seneweb, le Colonel Diallo, par ailleurs ingénieur agronome au service des Eaux et Forêts, s’est félicité du fait que de cette production nationale, la part de la Casamance est de 70%. Patron du Padec qui catégorise cette production en deux types (miel spécifique et miel toutes fleurs), il est d’avis que «sur le plan commercial de réelles opportunités existent pour la filière miel avec des ouvertures à l’exportation et surtout les possibilités d’écoulement sur le marché local.

Malgré ces nombreuses potentialités, le développement de la filière apicole est encore limité par l’absence de système de production performant, le faible niveau de structuration et le développement organisationnel des apiculteurs et des difficultés d’accès aux marchés rémunérateurs. C’est autant de fait qui font que la production de miel dans la région est encore faible et de qualité moindre pour répondre adéquatement à la demande des marchés local et extérieur». 2 617 emplois créés pour 4 966 bénéficiaires directs touchés dont 65% de femmes A 5 ans de phase initiale, (2010-2015), prolongé de 3 ans, donc jusqu’en 2018, le Padec d’un coût global de 8,3 milliards de F Cfa et 700 millions du gouvernement du Sénégal, a tiré un bilan satisfaisant, selon les acteurs et les bénéficiaires dudit programme.

Ayant permis le financement de 139 sous-projets productifs financés pour un montant de 1 milliard 145 millions dont 299 millions de contribution des opérateurs, et favorisé un taux d’accroissement de revenus des opérateurs ciblés dans le secteur de la transformation, le Padec profite aujourd’hui, à 4 966 bénéficiaires directs touchés dont 65% de femmes. Ce programme a ainsi permis la création de 2 617 emplois dont 2 156 temporaires et 461 permanents (dont 60% occupés par les femmes)». Autant de réalisations dont se réjouit le Colonel Diallo qui liste dans le lot des structures créées pour renforcer les capacités de productions des bénéficiaires casamançaises. Il s’agit, entre autres de 37 plantations d’anacardiers, mangues et bananes dont 10 plantations pour la région de Kolda, 10 pour Ziguinchor, et 12 pour Sédhiou ; 67 ruchers de production de gâteaux de miel renfermant 2 510 ruches Vautiers dont 55% pour les femmes ; 30 unités de transformation et de conditionnement (Utc) et de 05 magasins de stockages de noix brute d’anacarde dont 3 dans la région de Kolda.

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.